La HSUS : Aider l'environnement par la protection du bétail et de la vie sauvage en milieu urbain !

La HSUS (Humane Society of the United States of America) peut sembler se cantonner au secourisme canin et félin, mais c'est aussi une organisation engagée dans la protection de l'environnement ! En effet, le fait d'aider notamment les animaux d'élevage et les chevaux crée un impact positif sur l'environnement.

La HSUS travaille actuellement sur la fermeture des fermes-usines, afin d'améliorer le quotidien des gens et des animaux sur différents points.

Geoffrey Orme-Evans, directeur de programme politique publique à la HSUS s'exprime :

« La HSUS et la HSI (Humane Society International) travaillent pour mettre fin à l'enfermement continu des poulets, porcs, dindes, bovins et autres animaux élevés dans des systèmes agricoles industrialisés. Un tel confinement compromet le bien-être de l'animal et dégrade en même temps l'environnement. Les fermes-usines produisent d'immenses quantités de déchets organiques, menaçant les eaux et la qualité de l'air et contribuant au changement climatique. [...] Nombre d'études montrent par ailleurs que des régimes moins gourmands en produits animaliers contribueraient à réduire les émissions de gazes à effet de serre. Il est ainsi facile d'aider l'environnement en suivant les Trois R : Réduire nos consommations animalières ; Revoir le traitement des animaux en ferme afin d'assurer leur bien-être ; Remplacer l'animal dans notre régime par des végétaux. La HSUS et la HSI encouragent le Lundi sans viande international - un très bon moyen de s'y mettre. »

Sur l'image ci-dessus, on peut voir l'équipe désignée pour travailler sur l'amélioration des conditions dans les fermes du monde entier, en faisant fermer les fermes-usines par le biais de procès, visant à mettre un terme aux pratiques inhumaines et à la pollution environnementale, tout en interdisant aux entreprises l'utilisation des caisses de mise-bas.

La HSUS protège également les peuples des conflits homme-animaux.

Inga Gibson, directrice de l'État d'Hawaï et membre de la HSUS précise :

« Le conflit avec les ânes sauvages à Hawaï visait le développement et les constructions humaines. Les ânes s'invitaient dans les jardins et terrains de golf pour s'abreuver dans les piscines et errer sur les routes, causant ainsi un danger pour les véhicules.

Nous avons adopté plus de 400 de ces ânes pour les loger en Californie et il en reste aujourd'hui 75 sans abri. Ces 75 ânes, dont les mâles ont déjà été castrés, sont en sécurité pour le moment et ne devraient plus poser de problème de surpopulation. »

Sur la photo ci-contre, deux ânes arrivés sains et saufs en Californie, communiquant entre eux et faisant connaissance avec leur nouveau voisinage.

John Hadidian, scientifique reconnu et membre du programme de politique publique sur la vie sauvage à la HSUS affirme :

« La HSUS a été la seule organisation de protection des animaux au monde à agir au sujet de la vie sauvage en milieu urbain et cette année, nous célébrons le 30ème anniversaire de cet engagement. Nos programmes concernant la vie sauvage en milieu urbain ont grandi et évolué au fil des années. Auparavant, nous nous concentrions davantage sur l'information et la prise de conscience des peuples, mais ensuite, nous avons commencé à monter notre propre équipe de professionnels, intervenant directement dans les conflits humains-animaux pour faire en sorte que les gens ne voient plus ces bêtes comme de la « vermine » . En rapprochant ces communautés, nous contribuons à un avenir meilleur pour plus de 8 habitants sur 10 des villes concernées. »

Le Centre de la Vie Sauvage en Floride du Sud, organisation non-lucrative partenaire de la HSUS, secourt également les animaux sauvages malades, orphelins, ou représentant un problème pour les zones urbaines. Ce centre les aide ainsi à se refaire une santé et leur apprend à survivre dans la nature, avant de les relâcher en milieu plus adapté. Il vient en outre en aide aux animaux domestiqués tels que les amphibiens, reptiles, oiseaux et autres lapins en leur trouvant des propriétaires. Si l'adoption de l'un d'eux vous intéresse, rendez-vous à l'adresse suivante : http://www.petfinder.com/pet-search?shelterid=FL509

Stephanie Boyles Griffin, directrice de gestion et services pour l'innovation dans la vie sauvage à la HSUS informe :

« Des chevaux sauvages vivent dans les plaines et montagnes de 10 États de l'ouest. Depuis des années, les fermiers font pression sur le gouvernement pour contrôler leur nombre et les rassembler, en vue de les faire adopter par le public. Malheureusement, il n'y a pas assez de foyers à disposition, ce qui force certains à séjourner dans des établissements spéciaux, privés de libertés et loin de leur milieu naturel. »

La HSUS travaille pour restaurer les protections légales des chevaux sauvages, en essayant de persuader le gouvernement de gérer ces populations par le biais de méthodes humaines, efficaces et économiques. Nos services financent par ailleurs la recherche pour l'utilisation de la contraception immunitaire PZP, dorénavant approuvée par la FDA, pour contrôler leur reproduction. Le Bureau de Gestion des Terres et le National Park Service figurent dans la liste des agences gouvernementales utilisant le PZP avec succès.

Voici un article traitant de notre collaboration avec le National Park Service et plus généralement des populations de chevaux sauvages : http://www.humanesociety.org/issues/wildlife_overpopulation/facts/assateague_horses.html

Mais la HSUS ne protège pas seulement la vie sauvage en milieu urbain, les équins et l'environnement autour des fermes-usines ; elle travaille également sur la protection des mammifères marins. Alors restez connectés, car la semaine prochaine, nous parlerons des impacts clés de la HSUS sur la protection de ces espèces !

Crédits photos : http://www.humanesociety.org/

 

Tags: 

Vous allez sauver la Terre par partager et / ou tweeter