Manger local à Montréal

Si vous êtes comme moi et vous aimez être informé sur la provenance et la fabrication de vos aliments, faire ses courses peut être un véritable casse-tête. Je dois souvent me promener dans 6 différents commerces de quartier pour trouver tout ce que je cherche au meilleur prix. Il est vrai que les supermarchés font certains efforts d’un point de vue de leurs politiques d’approvisionnement, mais je préfère tout de même les éviter le plus possible pour soutenir mes épiciers de quartier.

Tout d’abord, les fruits et légumes : chercher les pancartes identifiant la provenance de chacun. En théorie, ça devrait être simple, mais ce n’est souvent pas clair ou alors l’information est carrément manquante. Du coup, je dois régulièrement demander à un employé. En plus, si vous souhaitez acheter local ET biologique, cela peut vite devenir contradictoire, surtout lorsque vous acheter une pomme biologique venant d’Afrique du sud ou de l’ail biologique venant d’Argentine. Quand un aliment n’est pas exotique au Québec (ex: bananes, avocats et ananas), ça n’a aucun sens de les acheter d’endroits si lointains !

Deuxièmement, la viande et le poisson : la seule façon de vraiment le savoir c’est d’aller voir votre gentils boucher ou poissonnier du coin. Réduire ou arrêter la consommation de ces aliments dont l’impact environnemental est important devrait être une priorité, mais si l’on décide de continuer d’en consommer, il faut au moins le faire bien. Les marchés publics de Montréal sont un bon point de départ pour divers choix de viande locale et biologique. Les fermiers biologiques organisent souvent des visites de leurs fermes : profitez-en pour allez voir comme ça se passe et rencontrer l’éleveur en charge. De plus, certaines exploitations qui sont plus loin livrent régulièrement à différents points de chute montréalais et vous pouvez commander en ligne lorsque vous le désirez. Pour les produits de la mer, les marchés en offrent aussi mais cherchez l’insigne des certifications telles que Ocean wise, MSC, ou Seachoice pour vous assurer qu’ils soient de sources durables. N’hésitez surtout pas à poser des questions sur les origines des produits et n’ayez pas peur de vous éloignez des classiques pour essayer quelque chose de nouveau. Pour réduire la surpêche, nous devons changer nos habitudes alimentaires. Ces produits seront souvent plus chers que les poulets aux hormones et le saumon d’élevage de l’Atlantique que vendent les grandes surfaces, donc vous en consommerez surement moins mais vous ferez les bons choix pour la planète et pour votre santé. Attention : à Montréal, les marchés publics ne se contentes pas seulement d’accueillir des producteurs et leurs récoltes, certains sont simplement des détaillants donc assurez-vous de bien les discerner.

Enfin, tout devient plus compliqué lorsqu’il s’agit de produits transformés tels que les céréales, les pizzas surgelées, les produits de boulangerie, etc. On peut rapidement être pris de vertige en lisant la liste des ingrédients et vous ne pouvez pas savoir d’où ils viennent. En cherchant l’autocollant “Aliments du Québec” vous pouvez rapidement les identifier et cela veut dire qu’au moins 85% du produit est d’origine locale. Lorsque vous n’êtes pas sûr, il est mieux de les éviter et de les fabriquer soit même afin d’avoir un meilleur contrôle sur les ingrédients.

De la ferme à notre assiette

Pendant l’été, la façon la plus simple, raisonnable et agréable d’acheter local est de s’inscrire à un panier hebdomadaire avec un fermier de la région par exemple grâce au réseau Équiterre. Pour deux personnes, un petit panier vous coutera environ 450$ pour 18 semaines, donc 25$ par semaine pour une abondance de fruits et légumes biologiques locaux ! En bonus, vous apprenez à connaître et encourager un fermier. Tout ce qu’il manquera à votre assiette sera les grains et la protéine ! Préparez-vous à être créatif, apprendre des nouvelles recettes et peut être commencer à faire des conserves !

Il devient d’autant plus difficile de s’approvisionner en produits frais locaux à partir de l’automne et durant nos hivers glacés. Cependant, plusieurs fermiers biologiques proposent des paniers d’automne et d’hiver composés de légumes racines, de pommes, de courges, etc. Si vous êtes motivé, la congélation et la mise en conserve peut vous permettre de traverser l’hiver de manière responsable. C’est vrai que c’est agréable de décongeler de juteuses courgettes ou fraises en plein hiver pour changer un peu des soupes et tartes de saison. Malheureusement, beaucoup d’entre nous n’avons pas assez de place pour conserver assez de produits jusqu’au printemps, c’est pour cela qu’il est bien de se tourner vers des produits de serres écologiques.

Cultiver et récolter le fruit de votre travail

Si vous aimez jardiner :

  • Faites de la culture de fruits et légumes en bacs sur votre balcon (ex: tomates, fines herbes, haricots, fraises, fleurs comestibles, etc.) ;

  • Allouez une partie de votre cours à un potager en terre (si vous êtes chanceux !) ;

  • Inscrivez-vous au jardin communautaire ou collectif de votre quartier ;

  • Récoltez des fruits urbains (certains propriétaires vous laissent les prendre !) ou périurbains (ex : exploitations de pommes ou petits fruits)

Ce sont quelques idées bon marché, sympathiques et satisfaisantes, pour devenir un peu plus auto-suffisant en nourriture. En plus, les activités de conserves, confitures et jardinage, sont non seulement des façons d’être plus écolo mais aussi constituent des activités amusantes à faire en famille ou entre amis.

Finalement, peut être que la meilleure façon de consommer localement et biologique à Montréal (sans se ruiner), c’est peut être de faire une combinaison de ces stratégies et de voir ce qui marche le mieux pour vous !

Des pistes pour commencer :

Marchés publics de Montréal

http://www.marchespublics-mtl.com/

Équiterre

http://www.equiterre.org/node/6574

Aliments du Québec

www.alimentsduquebec.com

Québec Vrai

http://www.quebecvrai.org/

Ferme St Vincent (viande biologique)

http://saint-vincentbio.com/

Ferme du Crépuscule (aliments biologique et une incroyable cabane à sucre biologique)

http://www.fermelecrepuscule.com/

Les Jardins d’Ambroisie (une des fermes du réseau Équiterre)

http://www.lesjardinsdambroisie.com/

Les fermes Lufa (serres urbaines durables sur les toits)

http://lufa.com/

Agriculture urbaine Montréal

http://agriculturemontreal.com/

Poissonniers locaux

http://www.foudesiles.ca/

http://www.lesdelicesdelamer.com/

Cueillette de fruits urbains
http://santropolroulant.org/fr/what-we-do/urban-agriculture/les-fruits-defendus/

 

Tags: 

Vous allez sauver la Terre par partager et / ou tweeter