Un Noël écoresponsable

Comme toujours quand les fêtes s’en viennent, je suis très enthousiaste, une excitation d’enfant une journée de tempête de neige. J’adore la période des fêtes, j’aime passer du temps avec ma famille et mes amis. Ça doit bien faire un mois qu’avec mes proches, je parle de planification de nos festivités. Pourtant, malgré mon attachement pour cette période de l’année, mon cœur d’écologiste a des sentiments mixtes pour toute la surconsommation qui y est associée.

Il est estimé qu’en Angleterre, le citoyen moyen produit l’équivalent de 310 kg CO2 par l’achat de cadeaux (usinage et transport), majoritairement des vêtement, des livres, des films et de la musique, ainsi que des produits de beauté [1]. À titre comparatif, c’est l’équivalent carbone de conduire une voiture moyenne sur près de 2 000 km [2]! De plus, comme l’acheteur n’est pas la même personne que le consommateur final, il y a une perte de valeur des cadeaux entre l’achat et leur réception, estimée de 10% à un tiers [3]. C’est-à-dire qu’il y a beaucoup d’achats inutiles et de gaspillage. Ainsi, si l’on tient compte qu’une proportion non-négligeable de ces cadeaux reçus ne sont en fait pas désirés, cela représenterait un gaspillage de 80 kg CO2 par personne [1]!

Loin de moi l’envie d’être une casseuse de party, donc cette année j’ai eu une idée qui réconcilie mon amour des échanges de cadeaux à mes principes environnementaux. Un échange de cadeaux où la seule règle est que ça soit thrifté. Loin d’être limitant, je crois qu’au contraire ça peut être inspirant. Tu peux trouver un set de chaises à ton ami qui vient de déménager et ne possède qu’une seule chaise sur laquelle il n’est pas si sécuritaire de s’assoir. Tu peux acheter une pièce de vêtement unique en son genre à ton amie qui aime faire des fashion statements. Ou des vinyles à ton ami qui les collectionne. Une paire de patins à glace à cette collègue Française que tu veux convaincre que l’hiver au Québec, ça peut vraiment être le fun. Trouver une copie de ton livre préféré dans une librairie usagée et partager le plaisir avec un proche.

Ce n’est qu’une idée, la même chose peut bien sûr être faite avec des items faits main, ou encore des articles qui nous appartiennent, qu’on apprécie, mais accepte de donner à quelqu’un d’autre pour qu’il en profite. Ça rend les cadeaux beaucoup plus personnels et demande décidément plus de créativité et de réflexion que de commander des items aléatoires dans les listes de suggestions cadeaux d’Amazon. Avoir réellement pris le temps de penser à la personne qui le recevra : c’est exactement ça qui donne de la valeur à un cadeau, non?

Bref, l’idée est de refaire circuler les biens au lieu de racheter un best seller en trois copies à la même personne, un ensemble de produits pour le bain qui sent trop fort et que tu finis par ne pas utiliser ou encore un ours en peluche avec tuque de père Noël et chocolats à goût artificiel assortis achetés dernière minute à la pharmacie.

C’est particulièrement intéressant, lorsqu’on sait que le Québécois moyen dépense 372$ par année, seulement pour ses cadeaux de Noël [4]. Rappelons qu’une bonne portion de ces cadeaux ne sont en fait pas désirés [3]! Acheter des produits neufs ne rendra pas les récipiendaires de vos cadeaux plus satisfaits, au contraire! Demandez-vous quels sont les cadeaux qui vous ont le plus satisfaits, ceux dont vous vous souvenez. Pour ma part, une semaine de plein air avec mon père ferait parti du palmarès. Une boîte de transport pour mettre sur mon vélo, faite par un ami bricoleur à partir de retailles de bois. Mon amie qui m’a tricoté une tuque ridiculement douce et chaude. Qu’ont ceux-ci en commun? Ce sont tous des cadeaux qui répondaient réellement intérêts… et avaient une empreinte écologique mineure!

L’idée d’un échange de cadeaux, au lieu de donner un cadeau à chacun de nos proches, permet également de réduire sa consommation. En effet, cela permet de se concentrer sur la personne pigée, et de choisir un item approprié, au lieu de tenter de trouver le cadeau parfait pour tout le monde. Considérant que 45% des Québécois se considèrent stressés par le choix de leurs cadeaux, cela devrait faire plaisir à tout le monde [5]!

Pendant que vous y êtes, pourquoi ne pas relever le défi de faire un Noël sans achat d’emballages cadeau? Je conserve pour ma part les beaux sacs, boîtes, pages de journaux pour en faire de jolis emballages. Une amie plus talentueuse que moi utilise ses retailles de couture, ma mère met souvent ses cadeaux dans des pots Mason (que j’utilise en guise de plats Tupperware le reste de l’année). Cela ne demande qu’un peu de créativité au lieu d’utiliser du papier qui est le plus souvent jeté après usage. Selon Hallmark, le plus grand vendeur d’emballage cadeau, les ventes annuelles pour ce produit sont d’environ 3,2 millions de USD [6]. Cela représente près d’un kilo en papier d’emballage par personne [7]! À 1 ou 2 kg de CO2 produit par kg de papier, cela a un impact immense [8], en plus de représenter une énorme dépense en arbres et en eau pour la production de ce papier : l’équivalent de 139 655 arbres et 230 millions de litre d’eau juste pour la population du Québec [9]!

Alors que pensez-vous cette année de faire des cadeaux non seulement à vos proches, mais aussi à vous-même et à la planète, en consommant de façon écoresponsable?

 

  1. The Carbon Cost of Christmas (2007). Haq, G., Owen, A., Dawkins, E. et Barret, J. Stockholm Environment Institute.

  2. http://textilewastediversion.com/how-much-carbon-dioxide-can-a-car-emit/

  3. The Deadweight Loss of Christmas (2001). Waldfogel, J. Yale University.

  4. Sondage annuel du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD) Noël sera au rendez-vous ! (2009). CQCD.

  5. http://exruefrontenac.com/affaires/commercedetail/30269-sondages-achat-fetes

  6. http://corporate.hallmark.com/Product/Gift-Wrap-Overview

  7. http://www.northcountrypublicradio.org/news/story/14960/20091224/reducing-gift-wrap-waste

  8. http://www.co2list.org/files/carbon.htm#RANGE!A117

  9. http://www.madsci.org/posts/archives/1999-03/921525257.En.r.html

 

Tags: 

Vous allez sauver la Terre par partager et / ou tweeter